PMR,pmr,p.m.r., P.M.R., personne à mobilitéreduite, mobilité réduite, handicapé, accessibilité, voirie, association de personnes à mobilité réduite, PMR, P.M.R., stationnement handicapé, accès aux établissements recevant du public, loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, PAVE, plan d’accessibilité aux personnes handicapées à la voirie et aux espaces publics, carte de stationnement pour personnes handicapées, arrêté du 15 janvier 2007, Ad'Ap, PMR-STREET, GPS pour personnes à mobilité réduite,

Nous contacter...

 Association MOBILITE REDUITE

1 bis avenue des Carrosses - 77210 AVON 

Tél. 09 50 10 95 33 -  Fax 09 55 10 95 33 

mobilitereduite@gmail.com

Background image

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. Sénèque 

LIBERTE - EGALITE - ACCESSIBILITE !

A la Une ....


L'association MOBILITE REDUITE

adresse tous ses vœux de succès au nouveau Président de la République 

et lui souhaite de réussir en ce qui concerne ses engagements envers le monde du handicap.

 

[en prendre connaissance..]


NOS 7 SOUHAITS

AU FUTUR PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Pour nous rendre notre dignité

Accéder, c'est exister

 

1- Accéder à la voirie et aux espaces publics en sortant de chez soi, c’est pouvoir parcourir la ville sans difficulté majeure, faire des rencontres avoir une vie sociale épanouie. Accéder à la voirie, c’est exister.

Aujourd’hui, se déplacer en ville est encore le parcours du combattant (Des cheminements en ville semés d'obstacles et d'embuches... Des travaux de voirie réalisés sans respect des règles d'accessibilité...) c’est la double peine.

 

2 - Accéder aux transports collectifs, c’est voyager comme les autres citoyens, librement, simplement, facilement, sans stress ni inquiétude. Accéder aux transports collectifs, c’est exister.

Aujourd’hui, prendre les transports collectifs c’est une vraie galère (quais d’embarquement inaccessibles, transports inadaptés, ascenseurs « hors service », palette qui ne marche pas, contrainte horaire,…). On n’est pratiquement jamais sûr d’arriver à bon port le moment voulu dans des conditions acceptables.

 

3 - Accéder aux établissements recevant du public, c’est pouvoir s’assumer pleinement sans avoir à « quémander » l’aide d’autrui, c’est pouvoir vivre sa citoyenneté conformément à la loi du 11 février 2005. Accéder aux établissements recevant du public, c’est exister.

Aujourd’hui, seuls 30% des établissements sont réellement accessibles, les 70% restant le seront « vraisemblablement » après la réalisation des Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’Ap) dans 3, 6 ou 9 ans,  en espérant que les travaux seront bien réalisés et que l’autorité administrative suivra scrupuleusement leur déroulement et n’hésitera pas à sanctionner si nécessaire.

 

4 - Accéder aux logements, c’est donner à TOUS la possibilité de vivre dans son logement sans difficulté que l’on soit en situation de handicap ou non. Définir par la loi que la réglementation concernant l’accessibilité de l’habitat collectif ou individuel s’applique dès la construction à tous les logements au même titre que les normes et règles de base. Que des contrôles très sévères soient réalisés par l’autorité administrative avant autorisation de livraison. Accéder à son logement, c’est exister.

Aujourd’hui,  les règles, pour les constructions neuves, comportent encore trop de dérogations qui à terme feront que l’occupant d’un logement qui bascule en situation de handicap se trouve ce fait dans l’obligation de déménager et quitter son environnement social. Il devra « recommencer une vie ailleurs ».  

 

5 - Accéder aux établissements scolaires, c’est donner à nos jeunes la possibilité de suivre les études auxquelles chaque citoyen a droit. C’est favoriser dès le plus jeune âge l’intégration du handicap dans le tissu social et donc éviter le rejet. Accéder à l’enseignement c’est exister.

Aujourd’hui,  les élèves en situation de handicap n’ont pas les mêmes chances de réussite à l’école, au collège, au lycée et à l’enseignement supérieur. Ils y sont encore exclus ou ont des difficultés pour y être accueillis tout au long de leur parcours scolaire, y compris durant la scolarité obligatoire. C’est un vrai scandale.

 

6 - Accéder à  l’emploi, c’est s’assumer, c’est être pleinement intégré dans la société, avoir un travail et le fruit de ce travail. Accéder à l’emploi c’est exister.

Aujourd’hui, accéder à un emploi est beaucoup plus difficile pour les personnes en situation de handicap. 18% sont au chômage soit presque le double de la population. Elles sont contraintes à vivre avec des minima sociaux, dans des conditions d’extrême précarité et de pauvreté. Etre en situation de handicap c’est la double peine. Pourtant handicap ne signifie pas incompétence.

 

7 - Accéder, c’est vivre "comme tout le monde", c’est choisir librement son mode d’existence, participer à la vie de la Cité et en être acteur : c’est tout simplement ce que désirent les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite ainsi que leurs proches.  En favorisant l’accessibilité à TOUT et pour TOUS, on agit pour une société inclusive et solidaire, sans exclusion ni discrimination, favorisant ainsi l’émergence d’un autre modèle de "vivre et faire ensemble".


Accéder, c’est exister

… dans une ville facile, mobile, tranquille et accessible à tous

dans le respect de la loi du 11 février 2005 et tous les textes afférents.

Accéder, c’est nous rendre notre dignité !


30 mars 2017

.

Description de l'image
Circulez, il n'y a rien à voir !... Samedi 11 février 2017 c’était le 12eme anniversaire de la LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées…  et surtout de sa mesure-phare "l'accessibilité"  des établissements recevant du public, de l’habitat collectif, des transports collectifs, de la voirie et des espaces publics…  Suite au fiasco de 2015, les pouvoirs publics ont fait un tour de passe-passe en  créant les  Ad’Ap’ rallongeant ainsi  les délais pour 3, 6 ou 9 ans selon les cas. Hélas, le soufflet retombe bien vite. Il semblerait que l’on s’avance une fois encore vers un nouveau fiasco ! ... Pour preuve : En Savoir Plus >>
Description de l'image

MOBILITE REDUITE soutient  PMR.Streetla 1ère application GPS dédiée aux personnes à mobilité réduite. 

Deux étudiants ont développé une application GPS où tous les itinéraires prennent en compte les fauteuils roulants. Pas d’escalier, ni de pente, mais des trottoirs adaptés et l’assurance qu’il y ait un ascenseur... qui fonctionne. Si un fauteuil passe, toutes les personnes à mobilité réduite passent !   Un must.   J'en ai révé... ils l'ont réalisé !   En Savoir Plus >>

Les dernières nouvelles de PMR.Street   [C'est par ici .. ]


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES QUATRE PLAIES DE L'ACCESSIBILITE AU QUOTIDIEN

PREMIERE PLAIE

DEUXIEME PLAIE

TROISEME PLAIE.

QUATRIEME PLAIE

Des cheminements en ville semés d'obstacles et d'embuches... En Savoir Plus >>

Des stationnements aménagés trop souvent occupés par des personnes non concernées.... En Savoir Plus >>
 

Des travaux de voirie réalisés sans respect des règles d'accessibilités... 

En Savoir Plus >> 

Au fil des ans, et avec l'expérience des uns et des autres,  nous avons recensé les problèmes que nous rencontrons dans nos déplacements quotidiens. Ces problèmes qui semblent "mineurs" pour des personnes valides sont de réelles complications pour les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. Espérons que notre pays va enfin gommer rapidement les quarante années de retard que nous avons en matière d’accessibilité des personnes en situation de handicap et à mobilité réduite.

Bonjour, nous sommes
.
Description de l'image

Qui sommes-nous ?

MOBILITE REDUITE, association à but non lucratif (loi de 1901) lutte contre les discriminations et les exclusions des personnes handicapées et à mobilité réduite en ce qui concerne le  stationnement, la circulation et l'accessibilité des établissements recevant du public, de la voirie et des espaces ouverts aux publics, l'accessibilité des bâtiments d'habitations collectifs en vérifiant le bon respect de la loi handicap du 11 février 2005 et tous les textes officiels afférents.

Objet de l'association

  • Lutter contre les discriminations et exclusions envers les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite résultant du non-respect des réglementations en vigueur en matière d’accessibilité aux bâtiments recevant du public, à l’habitat collectif, aux transports collectifs, au stationnement, à la voirie et aux espaces publics (chaîne de déplacement). 
  • Effectuer des conseils et expertises en rapport avec le présent objet 
  • Saisir, le Défenseur des Droits et les Juridictions compétentes, en cas de discrimination et d'atteinte légitime des intérêts collectifs de ses membres, de ses sympathisants et de l’intérêt général de toutes les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite dans le champ géographique du canton de Fontainebleau et à chaque fois que nécessaire, conformément à l’article  II bis des présents statuts.  

 
Intérêt légitime à agir  
L’association MOBILITE REDUITE du Canton de Fontainebleau défend, à chaque fois qu’elle le juge nécessaire et légitime, les intérêts individuels et collectifs de tous ses adhérents et sympathisants, mais également l’intérêt général de toutes les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite résultant du non-respect des réglementations telles que définies par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (Articles 45 et 65), la directive du 13 avril 2006 relative à l'application de ladite loi, et tous les textes afférents. Les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite doivent pouvoir circuler et  accéder dans le canton de Fontainebleau, comme partout en France, conformément aux règles de Droit.
Le non-respect des textes en vigueur constitue en lui-même une discrimination importante envers toutes les personnes en situation de handicap où à mobilité réduite.

 

  
Exercer les droits reconnus à la partie civile 
Défendre ou assister les personnes handicapées en exerçant les droits reconnus à la partie civile en ce qui concerne les infractions à l'article L. 111-7 du code de la construction et de l'habitation prévues et réprimées par l'article L. 152-4 du même code, conformément au Code de procédure pénale Article 2-8.


Emission "La Quotidienne" sur France 5

 

Mercredi 8 octobre 2014 nous faisions partie des invités de l'émission "La Quotidienne" sur France pour un direct à 11h45 et dont un des thèmes était : La mobilité en ville. Un grand merci aux organisateurs et à Maya Lauqué qui s'est assise dans un fauteuil roulant pour tester les difficultés de déplacement en ville et d'accessibilité des établissements recevant du public. En espérant que cette émission encouragera d'autres "valides" à se mettre dans la même situation afin de se rendre compte des problèmes rencontrés.

Description de l'image

De gauche à droite : Jean-Michel Royère Président de l'association Mobilité réduite, Maya Lauqué, présentatrice de l’émission La quotidienne sur France 5 - Marie Vampouille, bénévole pour l’association Jaccede - Thomas Isle, présentateur de l’émission La quotidienne sur France 5 - Michel Duez, 1er adjoint délégué à la Santé, à la Solidarité et au Handicap – Ville de Puteaux - Voir l'enregistrement de l'émission .. :  [1ere PARTIE]        [2eme PARTIE]

Personnes à mobilité réduite

Toutes les personnes ayant des difficultés pour se déplacer, telles que, par exemple, personnes handicapées (y compris les personnes souffrant de handicaps sensoriels et intellectuels et les passagers en fauteuil roulant), personnes handicapées des membres, personnes de petite taille, personnes transportant des bagages lourds, personnes âgées, femmes enceintes, personnes ayant un caddie et parents avec enfants (y compris enfants en poussette). Cette définition est strictement identique à celle utilisée au niveau international, notamment de la Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies.

Description de l'image

« Est considéré comme accessible aux personnes handicapées tout bâtiment ou aménagement permettant, dans des conditions normales de fonctionnement, à despersonnes handicapées, avec la plus grande autonomie possible, de circuler, d'accéderaux locaux, d'utiliser les équipements, de se repérer, de communiquer et de bénéficier desprestations en vue desquelles cet établissement ou cette installation a été conçu. Les conditions d'accès des personnes handicapées doivent être les mêmes que celles despersonnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d'usage équivalente ».

Définition de l'Accessibilité:

Habitat accessible

En France 6% de logement accessible contre plus de 16 % dans d'autres pays d'Europe.


55% des plus de 65 ans sont propriétaires de leur logement

Revenu moyen des retraité : 1.500 euros (femme 932 euros/mois)


85% des plus de 90 ans et UN centenaire sur deux vivent dans leur habitation.


60% des français naissent, habitent et meurent dans leur département.


Description de l'image

Jurisprudence

Nous avons regroupé toutes les jurisprudences concernant :

Saisir le Défenseur des Droits  

En savoir Plus >>>>

Lutter contre les discriminations flagrantes envers les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite.

Description de l'image

Discrimination

Discrimination .... un combat au quotidien !
Chaque année, le Défenseur des Droits traite plus d'un millier de dossiers de discrimination à l'égard des des personnes handicapées.

Notre association a saisi le Défenseurs des Droits pour des cas de discrimination  flagrante envers les personnes en situation de handicap et à mobilité réduite concernant des manquements à la législation en vigueur pour la réalisation :
  • D'Etablissement Recevant duPublic neuf (construction) dans un lieu inaccessible, 
  • La réalisation de panneaux d'information touristique dont les caractères sont deux fois inférieurs à la norme requise,
  • Des travaux de voirie et autres aménagements d'espaces publics non conformes,
  • Des arrêts de transports collectifs récents ne respectant la réglementation en vigueur... 

Accessibilité des établissements recevant du public

2015 ne sera pas tenue !
La loi avait donné 10 ans pour mettre la France en accessibilité, ce ne sera pas tenu. A notre avis les raisons essentiels sont en premier lieu une démission et un désintérêt d'une majorité de maires et présidents des collectivités territoriales (voir notre dernière newsletter).
Ils se devaient d’appliquer la loi et de la faire appliquer dans leurs territoires (pour la plupart ils ne l'ont pas fait).
 
Mais que va-t-il se passer après le 1er janvier 2015 ?
Il n’est pas question pour les assocaitions de personnes handicapées d'en rester là et de baisser les bras. Le rapport de la sénatrice Claire-Lise Campion donne des pistes interressantes. Et quoi qu'il en soit, la date fatidique du 1er janvier  2015 est maintenue. Toutefois, il y a des aménagements pour maintenir l'objectif d'accessibilité : les Ad’Ap (Agenda d’Accessibilité Programmé).
 
Qu’est-ce les Ad’Ap ?
Prenons par exemple des  établissements de catégorie 5 qui représentent en France la majorité des établissements recevant du public (magasins, restaurants, cabinets médicaux, agences, profession libérales, commerces de proximité).
Si ces établissements ne sont pas accessibles aujourd’hui, ils doivent l'être avant le 31 décembre 2014. A défaut, ils doivent déposer en préfecture, avant cette même date, un dossier Ad’Ap. Ce dossier comporte un plan de mise en accessibilité, un plan de financement et éventuellement une demande de dérogation. Si l'ERP est inaccessible au 31 décembre 2014 et si il n'y a pas de dossier Ad'Ap de déposer, il y possibilité de porter plainte contre l'établissement avec sanctions à la clé.
A partir du dépôt de ce dossier (31 décembre 2014), ils ont TROIS ans pour se mettre en accessibilité. Pendant cette période, il n'y a pas de plainte possible. Mais, passer le délai de TROIS ans, et s’ils ne sont toujours pas accessibles, des plaintes peuvent être déposées contre l'ERP, des sanctions sont envisagées (fermeture de l'établissement, forte amende,...). 
 
Quels délais ?
  • Le délai de 3 ans est pour les ERP de catégorie 5 et les transports URBAINS.
  • Le délai 6 ans pour : Les ERP de catégorie 1 à 4 (ex : un cinéma, un hôtel indépendant,...), et pour Plusieurs ERP d'un même maître d'ouvrage ou exploitant (ex : les différentes agences d'une banque,...) et les transports interurbains
  • Le délai de 9 ans pour un patrimoine important (ex : les établissements d'un Conseil Général).

Comme les autres associations, 

Mobilité réduite sera très vigilante. 


Il n'est pas question que les maîtres d'ouvrage et maîtres d'œuvre fassent n'importe quoi et ne respectent pas la législation en vigueur  (voir nos "coups de gueule" .. En savoir Plus >>>  ). 

 

Les années à venir vont être très riches en actions bien légitimes de notre part. On ne laissera rien passer.

La loi sera respectée à la lettre et on y veillera.

 

Quarante ans de retard et d'atermoiements ça suffit !

 

Description de l'image

de circuler sans rupture

de la chaîne de déplacement.

d'accés

aux établissements

recevant du public

envers le handicap

et les personnes

 à mobilité réduite

Description de l'image

Loi du 2005-102 du 11 février 2005 pour L'Egalité des Droits et des chances, la participation et La La citoyenneté des Personnes handicapées.

La loi du 11 février 2005 a pour ambition de changer le regard que notre société porte sur le handicap.  Avec plus de 100 articles, cette loi a été adoptée par l'Assemblée Nationale lors de sa séance du 18 janvier 2005 (voir le scrutin)
Vingt deux ministres sont signataires de cette loi qui affirme la volonté du Gouvernement d'introduire un changement institutionnel et culturel majeur.


Les quatre piliers de la loi du 11 février 2005

1. L'accessibilité pour tous sans exclusion.

La loi prend en compte toutes les formes de handicap : moteurs, sensoriels, cognitifs, psychiques. Elle concerne les personnes handicapées, les personnes à mobilité réduite, y compris de manière temporaire.

2. L’ accessibilité de l’ensemble de la chaîne des déplacements.

Pour la première fois, une loi considère de façon intégrée le cadre bâti, les espaces publics, la voirie, les systèmes de transport et leur inter-modalité. L’enjeu est bien d’éliminer tout obstacle, toute rupture dans le cheminement des personnes atteintes d’une quelconque déficience. 

3. Des changements progressifs jusqu’en 2015.

La loi impose des résultat selon un calendrier précis de mise en œuvre et elle prévoit des sanctions (Voir les sanctions ...). 

4. Une accessibilité concertée.

La loi est le fruit de la concertation avec les associations représentant les personnes handicapées. Celles-ci sont régulièrement entendues au sein des différentes instances créées pour la mise en œuvre de la loi. La mise en œuvre de la loi est évaluée tous les trois ans lors de la Conférence nationale du handicap laquelle est suivie d’un rapport du Gouvernement au Parlement.

BON A SAVOIR  :

L’association MOBILITE REDUITE est apolitique, non confessionnelle et strictement indépendante de toute collectivité. Elle agit  de façon factuelle et objective dans l’intérêt du strict respect de la LOI n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (volet accessibilité voirie et espaces publics, établissements recevant du public, cadre bâti et transport collectif) et des textes afférents.

Nous n’agissons pas pour défendre des intérêts personnels mais uniquement dans l’intérêt de tous.

Newsletter

Deux fois par mois, nous éditons une newletter. Vous pouvez consulter nos anciennes newsletter [En savoir + ... ]


Inscription à notre newsletter [En savoir + ... ]

Soutenez notre action Faites un don

 Notre association ne vit que grâce aux cotisations de ses adhérents  et aux dons  de ses bienfaiteurs. Votre contribution, si modeste soit-elle, nous aidera dans nos actions de sensibilisation à l'accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite et pour le respect des textes en vigueur. Lorsque vous nous faites un don, vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt. 

Pour nous faire un don...

vous allez être redirigé sur notre site principal www.accessiblepourmoi.com

 En Savoir Plus et faire un don >>

Nous contacter...


MOBILITE REDUITE

1 bis avenue des Carrosses  

77210 AVON 

Tél. 09 50 10 95 33    

Fax 09 55 10 95 33 

mobilitereduite@gmail.com